Une enquête a été menée sur le décès d’un homme âgé de 41 ans nommé Graham Egan par asphyxie auto-érotique, une pratique sexuelle liée à la privation d’oxygène dans le but d’augmenter la sensation orgastique pendant la stimulation sexuelle, qui peut être mortelle.

Graham Egan de Kenilworth Road, Rathmines, a été retrouvé inconscient dans un hangar derrière sa maison le 23 Janvier de l'année dernière. Son partenaire, Alan Bigley, a déclaré à la Cour du coroner de Dublin que le couple, qui était ensemble depuis 11 ans, avait dîné la veille du drame et s’est assis pour regarder la télévision, ajoutant qu’il est allé au lit peu après minuit. « Graham a dit qu'il allait se rendre dans le hangar, utilisé comme salle de jeux secrète, pour se détendre. »,  a-t-il déclaré.

A son réveil à 4h40, Bigley qui n’a pas trouvé son partenaire au lit a décidé de se rendre dans le hangar où il trouve Graham Egan sans réaction, portant un masque à gaz avec des jouets sexuels à ses côtés. Alan Bigley a immédiatement appelé les services d’urgence qui ont transporté Egan à l'hôpital St James. Ce dernier, en arrêt cardiaque, ne respirait plus arrivé dans l’établissement. D’après Gda Conor Brady, l'homme avait été trouvé dans une structure en béton qui semblait être spécialement conçu pour l'activité sexuelle.

Une autopsie a été effectuée par le professeur pathologiste Marie Cassidy qui a trouvé que Graham Egan avait inhalé le contenu gastrique après un récent repas. Selon l’enquête, il avait été diagnostiqué avec un problème de reflux acide, un mois avant son décès. Des preuves de médicaments dans le domaine thérapeutique avaient pu causer de la somnolence et un taux d'alcool très modéré, a déclaré le professeur Cassidy, ajoutant que le masque a été utilisé pour produire un état hypoxique pour produire une réponse sexuelle accrue, cependant si quelque chose se passe mal, il peut être mortel. L'enquête entendue, le coroner Dr Myra Cullinane a rendu un verdict de mort par mésaventure, bien que ce ne fut pas un comportement inhabituel pour Egan.

Source: www.independent.ie