Avis de Décès - ADD

29 novembre 2018

Mulhouse : Un garçon tué pour ne pas avoir fait ses devoirs

Des sources policières ont permis de savoir qu’un garçon âgé de 9 ans a perdu la vie après avoir été tabassé à mort à son domicile par des membres de sa famille le dimanche 16 septembre. Il aurait refusé de faire ses devoirs, ont déclaré les procureurs. Quatre membres de la famille du garçon ont été arrêtés et mis en examen le jeudi 22 novembre dernier. Sa mère fait partie des personnes arrêtées et a été entendue par les autorités policières. Elle ne se trouvait pas à la maison au moment des faits mais était au courant de ce qui s’est passé.

Le drame s’est produit à Mulhouse. A part la mère du garçon, sa sœur âgée de 20 ans, son frère de 19 ans et la petite amie de ce frère ont été arrêtés. Selon les procureurs, les circonstances de sa mort ne sont toujours pas claires mais ils pensent que le petit avait été frappé avec un manche à balai. Les résultats de l’autopsie ont toutefois montré des coups qui seraient la cause probable de cette issue fatale. Les trois personnes arrêtées auraient appelé les services d’urgence après les coups portés sur l’enfant. A leur arrivée, les services de secours n’ont pas pu ramener le garçon à la vie. Son décès a été constaté à une heure du matin.

Les habitants se sont rassemblés au domicile de la famille après avoir eu vent du drame familial. Une marche blanche a été organisée dans le quartier en solidarité et en soutien aux parents. Les récits initiaux des membres de la famille ne sont pas cohérents avec les rapports de l’examen post-mortem. En effet, le médecin légiste fait état d’éléments troublants dans le dossier. Le corps sans vie du garçon présentait de nombreuses ecchymoses. Les autorités policières ont décidé de poursuivre son enquête.

Source: Newshub.com.nz

Posté par deces à 18:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


21 novembre 2018

Inde : Première condamnation à mort pour des faits de 1984

L’assassinat du Premier ministre de l’Inde Indira Gandhi a provoqué des émeutes meurtrières en Inde contre les Sikhs en 1984. Près de 3 000 personnes ont perdu la vie dans le carnage. Le tribunal indien a prononcé la première condamnation à mort à cet effet. Le verdict est rendu par le juge mardi dernier a réjoui les familles des victimes à New Dehli. Il s’agit d’une première depuis l’enquête spéciale de 2015.

Yashpal Singh a été condamné à mort et Naresh Sherawat à perpétuité pour émeute, meurtre sur Hardev Singh et Avtar Singh pendant le carnage de 1984 à Mahipalpur et autres chefs d’accusation par le juge Ajay Pandey. L’affaire a été classée sans suite par la police en 1993 pour manque de preuve mais a été rouverte par une l'équipe d'enquête spéciale en 2015 avec 293 autres cas.

Indira Gandhi a été abattue par ses gardes du corps sikhs voilà une trentaine d’années. Les émeutes ont éclaté quelques heures à peine après l’assassinat. Le massacre a duré au moins 72 heures. Des sikhs ont été violés et tués, leurs maisons et leurs commerces incendiés. La violence régnait dans tout le pays plus particulièrement dans la capitale. Des personnes ont même été brûlées vives.

Depuis le carnage, la justice indienne n’a poursuivi que quelques personnes et peu d’affaires mineures concernant cette affaire. L’assassinat de Gandhi survient après qu’elle ait mené une opération dans le but de prendre d'assaut le Temple d'or, le sanctuaire le plus sacré du sikhisme dans l'État du Punjab, situé dans le nord du pays et de chasser les séparatistes de la religion minoritaire enfermée à l'intérieur.

D’après les dirigeants sikhs, le nombre d’issues fatales dépassait de loin le bilan officiel faisant état de 3 000 morts. Ils accusent les dirigeants du parti du Congrès de Gandhi d'inciter les violences. Le haut responsable du Congrès, Sajjan Kumar, a été accusé d’attiser les violences par la plus haute agence d’enquête indienne mais a été acquitté par un tribunal en 2013. Les Sikhs représentent un peu moins de 2% des 1,25 milliard d’habitants en Inde, soit 20 millions de personnes contre 27 millions dans le monde entier.

Source: France24.com

Posté par deces à 18:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

14 novembre 2018

Découverte d’un corps neuf ans après aux pompes funèbres

C’est dans un sac mortuaire dans les locaux des pompes funèbres que des ossements ont été découverts par la nouvelle directrice des lieux le mardi 6 novembre dernier. D’après les informations reçues, l’homme serait mort il y a une dizaine d’années. Les premiers éléments de l’enquête montrent que le décès du gendarme appelé Emile Lucas remonte au 27 avril 2018. Les restes du corps ont été découverts lors d’un pré-inventaire des locaux. En ouvrant un sac mortuaire la gérante tombe sur les ossements et appelle immédiatement les autorités locales d’Arras.

Sa dépouille avait déjà été dissimulée par son fils pendant un an. Il l’aurait fait pour pouvoir continuer à toucher la pension de la retraite de son défunt père s’élevant à un montant de 27 913 euros. Reconnu coupable, il sera incarcéré à six mois de prison pour escroquerie. Le corps retrouvé voilà neuf ans, avait fait l’objet d’une autopsie en raison de la disparition du gendarme, qualifiée de suspecte. Le corps a ensuite été remis à l’entreprise de pompes funèbres La Maison des Obsèques à Arras mais n’a pas été enterré.

D’après les dernières enquêtes, il y a eu négligence dans l’affaire. Le processus classique n’a pas été respecté, le corps a été trouvé au fond de la boutique, dans une serre isolée. Une source policière explique que les pompes funèbres auraient dû joindre la famille ou la mairie après que le corps leur ait été remis. Les proches du défunt ont la possibilité de porter plainte pour atteinte à l'intégrité d'un cadavre. Les ossements ont été remis à l’institut medico-légal d’Arras, Pas-de-Calais. Pour l’heure, aucune explication n’a été donnée par le parquet d’Arras.

Source: Kozpost.com

Posté par deces à 17:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

08 novembre 2018

Halloween, la fête des morts en Amérique

La fête de l’Halloween, qui était autrefois une pratique spirituelle, est devenue en grande partie une fête commerciale de nos jours. La mort, un sujet que les Américains n’affectionnent pas particulièrement, est au cœur de cette fête. Les racines historiques de cette célébration sont actuellement masquées par des déguisements en tout genre, de jolis costumes d’avocat en passant par des robes de sorcières aux maquillages sanguinaires.

Halloween a vu le jour mille ans après J-C, lors de la fête de l’Irlande Celtique Samhain, une fête de passage d’une saison à une autre, de la vie à l’au-delà, célébrée à l’automne. Un rituel pour apaiser les esprits, pour régler les dettes. Les Celtes se préparaient à passer à une autre saison tout en ne sachant pas s’ils survivraient ou non à l’hiver. Il s’agit donc d’un genre de reconnaissance de la mortalité imminente, a indiqué Anita Hannig, anthropologue et professeur à l'Université Brandeis, ajoutant que c’est un type d’engagement considéré comme presque frivole aux Etats-Unis. Les différents rituels propres à chaque culture consistent en partie à accepter la mort plutôt que la craindre.

Les fêtes locales des Celtes n’ont pas été bannies au moment où les missionnaires chrétiens romains ont commencé à les convertir. La Toussaint est actuellement célébrée le 1er novembre alors qu’autrefois, cette fête a été célébrée au mois de mai. Cela étant fait pour accoutumer la tradition celtique qualifiée de sauvage de Samhain. Cette dernière étant difficile à apprivoiser, la célébration s’est étalée sur trois jours, à partir de la soirée du 31 octobre, devenue la soirée des reliques en guise des jours saints à venir.

C’est dans les années 1840 que des immigrants irlandais et écossais qui fuyaient la famine ont amené l’Halloween aux États-Unis. Halloween et Samhain, aux influences catholiques, ont partagé plusieurs similitudes avec Día de los Muertos, une fête de la mort du Mexique. Pendant ces jours de fête où la mort est respectée, les gens offraient des crânes traditionnels en sucre appelés calaveras qui ressemblent aux «gâteaux de l’âme» de l’Halloween, comme friandises en échange de prières pour les parents décédés.

Aujourd’hui, l’Amérique moderne ne connaît pas vraiment les rituels de la mort puisque de nos jours, les proches meurent à l’hôpital, à la maison ou dans les maisons de retraite, vraiment différent de ce qui s’est passé dans l’ancien temps. Les services commémoratifs deviennent de plus en plus rares et la commémoration des morts, semblable à la fête des âmes, est pratiquement inexistante. La mort devient moins menaçante car l’Halloween moderne devient une fête divertissante et commerciale. Nous savons pertinemment que les zombies ne sont pas réalistes, et c’est un moyen d’assurance, une forme de sécurité pour tous.

Source: Washingtonpost.com

Posté par deces à 17:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

31 octobre 2018

La tempête en Italie fait onze morts

Au moins onze personnes ont péri dans la tempête qui a touché l’Italie. Certaines parties de l’Europe ont été balayées par le mauvais temps, laissant les automobilistes et les touristes bloqués en pleine route en raison des vents violents. Des milliers de personnes qui se trouvent dans le sud et le centre de l'Europe ont été privées d'électricité. La forte tempête a provoqué des inondations, déracinant les arbres.

Selon les autorités de la protection civile, le bilan est passé de neuf à onze morts. Les régions montagneuses en France et en Italie ont également été masquées par une couche de neige épaisse. Des touristes ont été coincés dans leurs hôtels et des centaines de conducteurs ont été piégés dans leurs véhicules. La tempête accompagnée par des vents violents pouvant aller jusqu’à 180 km/h a inondé Venise. Angelo Borrelli, directeur de l'agence nationale de protection civile a déclaré qu’il s’agit là de l’une des situations météorologiques les plus complexes des 50 dernières années.

Sous la pression, un barrage à proximité de Gênes s’est rompu. Des yachts de luxe ont échoué dans le port de Rapallo. Les témoins racontent les événements et qualifient cette catastrophe comme étant un tsunami. Les médias italiens déclarent qu'environ 170 personnes dont des touristes et employés d'hôtel, ont été pris au piège par de fortes chutes de neige au col du Stelvio, à la frontière suisse. Dans le Friuli Venezia Giulia, les autorités locales ont déclaré que 23 000 personnes étaient privées d’électricité.

En France, plus de 1 000 conducteurs ont été bloqués dans leur voiture pendant la nuit dans les montagnes du Massif Central en raison des tempêtes de neige. Près de 400 autres personnes ont été bloquées à la gare principale de Lyon dans des wagons de train. Environ 60 000 foyers de l’est et le centre du pays sont toujours privés d’électricité dans la soirée de mardi. Des aéroports et des ports ont dû être momentanément fermés sur l’île corse de la Méditerranée.

Source: Gulfnews.com

Posté par deces à 18:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


25 octobre 2018

Mort de Khashoggi : menace de sanctions à l’encontre d’un Saoudien

Après la mort du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, la France menace d’imposer des sanctions internationales ainsi que d’autres mesures punitives. Le meurtre a eu lieu à l’intérieur de son consulat à Istanbul, reconnaît l’Arabie Saoudite. Cependant, la communauté internationale n’est pas convaincue par la version de Riyad. Lors de son entretien téléphonique avec le roi saoudien Salman, Emmanuel Macron a exprimé de graves inquiétudes concernant cet assassinat.

Si le rôle de l’Arabie saoudite est prouvé par les services de renseignements français dans cette affaire, la France prendra les mesures nécessaires à cet effet, à savoir la limite de la vente d’armes au pays du Moyen-Orient. La France suit le dossier de près, a indiqué Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement libanais. Le ministère français des Affaires étrangères n’a pas manqué de condamner « fermement » le meurtre. Par conséquent, le voyage du ministre des Finances, Bruno Le Maire, a été annulé alors qu’il devait s’y rendre pour une conférence économique.

L’Arabie Saoudite a, dans un premier temps, nié la mort de Khashoggi, mais a confirmé plus tard que le journaliste a été tué dans ses locaux consulaires à Istanbul à la suite d'une bagarre le mardi 2 octobre. Cependant, le président turc Recep Tayyip Erdogan refute complètement cette affirmation qu’il qualifie de « meurtre prémédité». Une quinzaine de ressortissants saoudiens se seraient rendus à Istanbul avant le drame, a-t-il confirmé. Les informations ont permis de savoir que Khashoggi s’était rendu ce jour-là au consulat d'Arabie saoudite afin de rassembler des papiers pour pouvoir se marier avec sa fiancée Hatice Cengiz. Ne le voyant pas sortir du bâtiment, elle avait déclaré la disparition de Khashoggi.

Le prince héritier saoudien Mohammad bin Salman condamne et qualifie la mort de Khashoggi comme étant douloureuse autant pour tous les Saoudiens que pour le reste du monde. « La pire dissimulation jamais subie », selon le président des États-Unis, Donald Trump en faisant allusion à la tentative de Riyad de camoufler le meurtre de Khashoggi. Une enquête a été réclamée par de nombreuses organisations internationales et différents dirigeants afin d’en savoir davantage sur cette affaire.

Source: Business-standard.com

Posté par deces à 17:38 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 octobre 2018

Funérailles tragiques: Un homme meurt écrasé par le cercueil de sa mère

Samen Kondorura figurait parmi les porteurs du cercueil de sa mère. Avant les funérailles traditionnelles de Tana Toraja, le cercueil est amené à être hissé sur une tour lakkienne, endroit richement sculpté en Indonésie dans lequel les défunts sont placés. Avec d’autres porteurs, le jeune homme âgé de 40 ans portait le cercueil pour se rendre à la tour quand une tragédie se produit. L’échelle de fortune en bambou menant vers la tour bascule et s’effondre soudainement provoquant sa chute au sol.

En tombant du haut de la tour funéraire, le cercueil de Grieving écrase à mort son propre fils, a indiqué le commissaire en chef de la police de la station balnéaire de Tana Toraja, Julianto Sirait. Les témoins du drame se sont précipités pour aider Samen Kondorura en l’emmenant d’urgence à l’hôpital mais il succombe à ses blessures. Une personne dans l’assistance a pu entièrement filmer la vidéo choquante montrant l’accident tragique. Les proches du défunt n’ont pas souhaité porter plainte contre les organisateurs de funérailles en raison de la perte d’un autre membre de sa famille.

Selon M. Sirait, l’accident ne se serait pas produit si l’échelle avait été robuste et correctement renforcée à la structure de la tour. Le corps de Kondokura a été enterré à côté de sa mère. Lors du décès d’un Torajan, groupe ethnique autochtone d’une région montagneuse du sud de Sulawesi, des funérailles sont organisées des journées entières où il y a de la danse, de la musique et le sacrifice du buffle. La famille endeuillée partage de la nourriture abondante à l’assistance jusqu’à ce que l’enterrement ait lieu, ce qui peut durer pendant plusieurs jours. On injecte du formaldéhyde et de l'eau sur le corps pour empêcher la putréfaction.

Source: Express.co.uk

Posté par deces à 18:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 octobre 2018

Visite de la mort en réalité virtuelle dans un salon funéraire chinois

Un salon funéraire chinois donne la possibilité aux visiteurs de participer virtuellement à une expérience de mort. Le plus grand salon funéraire de Beijing en Chine, Babaoshan, a ouvert ses portes au grand public vers la fin du mois de mai dernier pour une journée de visites afin de faire découvrir la mort en réalité virtuelle, une expérience à la fois rassurante mais quelque part un peu troublante.

Fondé en 1958, le salon funéraire « High Tech » offre un aperçu des différentes caractéristiques de l’installation, des salles dont il dispose. De la salle funéraire, des adieux, des gardes, en passant par la salle de soins du corps, de douche jusqu’à la salle de crémation. Cette année, la maison funéraire décide d’aller au-delà des espérances des visiteurs, une possibilité de vivre entièrement le processus de la mort en réalité virtuelle leur est proposé.

Afin de briser les tabous et mystères autour des funérailles, le funérarium Babaoshan crée deux expériences de réalité virtuelle à cet effet. La première étant de vivre l'histoire d'une crise au travail, d'un sauvetage par un ambulancier paramédical, d'un arrêt cardiaque et d'un dernier adieu aux proches avant la mort. La deuxième expérience de réalité virtuelle quant à elle donne une possibilité de faire une visite guidée pendant une durée de cinq minutes de la maison funéraire (préparations mortuaires, service commémoratif, crémation…), ce qui prend une heure en réalité.

Les visites virtuelles permettent à la famille de gagner du temps après l'annonce du décès. Le funérarium n’est pas étranger à la technologie, en effet, l'année dernière, Babaoshan a lancé un studio d'impression 3D pour une aide réparatrice au visage de ceux qui étaient défigurés au moment de leur décès, dans le cas des funérailles à cercueil ouvert. Par ailleurs, l'équipe a également conçu un robot appelé Kino qui a pour objectif de désinfecter toutes les surfaces lors des préparatifs mortuaires.

Source: Vrscout.com

02 octobre 2018

La pollution fait annuellement 48 000 morts en France

Le plan anti-pollution du gouvernement français a été récemment présenté. Le rapport révèle des chiffres particulièrement inquiétants. En effet, près de 48 000 personnes périssent en France par an, des issues fatales causées par les particules fines engendrées par la pollution de l’air, soit un taux de 9% des décès enregistrés.

Le chiffre de 48 000 décès indiqué ne représenterait pas exactement le nombre d’issues fatales causées par la pollution, il s’agit du sommet d’un nombre d’incertitude particulièrement grande. En effet, le chiffre varie en fonction du niveau de pollution de base qualifié comme étant «normal» de 48 000 issues fatales annuelles si on se réfère aux différentes parties de la France considérées comme les moins polluées, à 11 décès par rapport au seuil de particules fines recommandé par l'OMS. Les normes en vigueur en matière de pollution de l'air sont sévèrement critiquées.

Des lacunes surprenantes sont présentes dans ce rapport établi par SPF. Etant un sujet particulièrement grave, la nécessité d’une méthode et d’un examen plus minutieuse est de rigueur. Un rapport purement théorique a été présenté comme la réalité, ce qui ne devait pas être le cas. Le modèle utilisé serait une représentation réelle du résultat dont on devrait se fier, un avis non partagé par tout le monde. L’application d'un risque relatif (RR) définissant la relation entre la mortalité et la concentration de particules fines dans l'air est la base du calcul.

Source: Europeanscientist.com

Posté par deces à 23:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 septembre 2018

SDF: Vivre dans la rue peut être fatale

Une nouvelle étude montre que le fait de vivre dans la rue pour les sans-abris peut être mortel. Le taux de mortalité des Sans Domicile Fixe à Boston est près de trois fois plus élevé que celui des personnes qui vivent sous un toit et près de dix fois supérieur à la population générale du Massachusetts. En France, le bulletin épidémiologique hebdomadaire, la source la plus fiable en la matière, avait estimé entre janvier 2008 et décembre 2010 le nombre de décès s’élevant à 6730.

C’est la revue JAMA Internal Medicine qui a publié en ligne l’étude, menée par son auteur principal Jill S. Roncarati, chercheuse à la Harvard T.H. École de santé publique Chan, lundi dernier. Il s’agissait de suivre 445 adultes sans abri non protégés qui dormaient dans la rue en l’an 2000 et voir ce qui en est une dizaine d’années plus tard. Résultat : Cent trente-quatre d'entre eux sont décédés.

« Les taux de mortalité des adultes sans abri non protégés dans cette étude étaient plus élevés que ceux de la population adulte du Massachusetts et d'une cohorte de sans abri pour adultes avec des services équivalents. La conclusion de l’étude suggère une attention particulière pour répondre aux besoins cliniques et psychosociaux uniques de cette sous-population distincte de sans-abri», d’après l'étude.

Source: Bostonglobe.com

Posté par deces à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,