Avis de Décès - ADD

19 septembre 2018

Décès à l’accouchement : une histoire troublante…

Une femme nommée Gwen, à 7 mois de grossesse, a dû subir une intervention chirurgicale d’urgence suivie de doses massives d’antibiotiques après que son diaphragme se soit fendu entraînant un problème au niveau de son ventre. Elle a heureusement accouché d’une petite fille. Si cela s’est passé dans l’ancien temps, ni elle ni le bébé n’auraient survécu. Porter un enfant est une des merveilleuses choses sur terre mais également une des plus dangereuses qu'une femme puisse subir. C’est la sixième cause de décès chez les femmes âgées de 20 à 34 ans aux États-Unis si le nombre de décès des mères a diminué d’un tiers en France. La grossesse peut être fatale si elle n’est pas bien préparée. Le risque ne survient qu'après 35 ans en raison entre autres d'accident vasculaire cérébral.

La naissance d’un bébé à un stade précoce de développement est expliquée de manière classique par les limites anatomiques des hanches féminines. Si la tête du fœtus avait le temps de se développer in utero, le bébé ne passerait pas par la ceinture pelvienne qui ne peut pas s’élargir. Il s’agit là de l’hypothèse du «dilemme obstétrical» qui a été particulièrement dominante pendant des années. Selon Holly Dunsworth et ses collègues, l’élargissement du bassin n’empêchait pas la marche, et ils soulignent que la gestation est un processus assez long chez l’homme comparé aux autres primates (même si le cerveau des nouveau-nés est relativement moins développé). D'autres chercheurs indiquent par contre que le problème du «travail obstrué», qui arrive lorsqu'un bébé est coincé dans la voie génital, serait récent dans l'histoire de l'humanité.

En manque d’énergie, tout peut tourner mal vers la fin de la grossesse et pendant l'accouchement pour les femmes enceintes qui sont également sensibles aux maladies infectieuses. Historiquement, les femmes enceintes meurent de fièvre puerpérale (également appelée fièvre du nourrisson ou sepsie post-partum, qui est une infection généralement contractée lors de l'accouchement), hémorragie, éclampsie (hypertension artérielle dangereuse et dommages aux organes).

Source: Slate.com

Posté par deces à 19:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


12 septembre 2018

Prise de DMT, comme une impression de mourir

De fortes similitudes ont été trouvées entre les expériences de mort imminente et la drogue psychédélique, selon une nouvelle étude scientifique. Lorsque la DMT-N, N-diméthyltryptamine est pompée dans le sang, Iona sente un refroidissement du liquide à travers son bras. Assise sur une chaise, les yeux masqués, elle participe à une étude scientifique sur les effets de l'hallucinogène DMT illégal dans une salle de traitement du centre de recherche clinique de l'Imperial College situé à Londres. Les lumières sont tamisées et une bande sonore ambiante spécialement commandée pour l’étude est diffusée en arrière-plan. Chris Timmermann, un psychologue et neuroscientifique qui étudie les drogues psychédéliques se tient à proximité.

À l’intérieur du cerveau d’Iona, les enzymes agissent comme des agents de nettoyage pour décomposer la drogue envahissant son système. Les hallucinations commencent à faire effet et un sentiment d'effroi l'enveloppe. « Mes yeux étaient fermés mais il y avait tellement de choses qui s’y passait que c'était vraiment difficile pour moi de me concentrer », a déclaré Iona après l’expérience. « J’ai ressenti comme un tremblement en moi que je ne pouvais contrôler. La seule fois que j’ai ressentie telle chose est au moment où j’ai accouché. Et je ne me souviens plus des sensations sur mon corps après ça»

Iona se trouvait dans un vide spatio-temporel tourbillonnant, un voyage intense qui s'est entièrement déroulé dans son esprit, engendré par une drogue illégale relative à des psychédéliques récréatifs. Le DMT est principalement connu comme composé hallucinogène dans l'ayahuasca, un liquide amer et brun combiné par deux plantes - la vigne d'ayahuasca et un arbuste appelé chacruna, utilisé rituellement comme médicalement qui n’est pas sans risques par les tribus amazoniennes pendant des siècles. Les jeunes occidentaux sont particulièrement attirés par ce mystérieux du rituel qu’est l'ayahuasca. Ce dernier peut par contre déclencher des problèmes chez ceux qui sont prédisposés à des problèmes de santé mentale et peut être fatal pour certains.

Les effets du DMT sur le cerveau sont enregistrés par le groupe de recherche psychédélique de l'Imperial College de manière nouvelle, grâce aux progrès des technologies de cartographie cérébrale telles que l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Iona a du mal à décrire exactement ce qu'elle a vécu. Mais vers la fin du test, elle se souvient d'un immense sentiment de gratitude qu'elle avait survécu et d'un étrange sentiment de réconfort. Dans l’étude, l’équipe de chercheurs a utilisé une infime fraction de la dose toxique. Ce sentiment de ne pas avoir d'identité personnelle et d’avoir une sensation de mourir, connu sous le nom de « mort de l'ego », a été signalé par de nombreuses personnes qui ont vécu des expériences psychédéliques intenses. Un phénomène dit expérience de mort imminente.

Source: Bbc.co.uk

Posté par deces à 21:35 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 septembre 2018

Aretha Franklin : Une immense fortune mais pas de testament

images af

Une fortune estimée à 80 millions de dollars, Aretha Franklin n’aurait pas laissé de testament, aucune disposition sur sa succession. Cela pourrait causer bien des ennuis aux héritiers. La Lady Soul, décédée le jeudi 16 août 2018 à Détroit dans le Michigan aux Etats-Unis, aurait amassé plus de 108 millions de dollars avant son décès à l'âge de 76 ans.

L'icône de la musique a quatre fils qui devraient partager sa fortune de plusieurs millions de dollars. Cependant, les enfants de Franklin débattent de la question de savoir si son amant Willie Wilkerson avec lequel elle a partagé sa vie depuis très longtemps, mérite une part de sa richesse. Les héritiers de Franklin sont impliqués dans une querelle juridique avec Willie Wilkerson, un pompier âgé de 71 ans, qui a rencontré Aretha Franklin à Detroit lors d'une rencontre avec des fans dans les années 1980. C'était à cette époque qu’ils ont commencé leur relation.

Leur engagement a été rompu il y a sept ans, cependant ils ont continué à se fréquenter jusqu'à ce que Franklin succombe au cancer du pancréas. Deux des fils de la chanteuse de Soul, Edward âgé de 62 ans, et Clarence de 63 ans, ont reconnu qu’il méritait une partie de la fortune de leur mère car ils étaient ensemble depuis longtemps. Kecalf et Ted White Jr., âgés respectivement de 48 et 54 ans, quant à eux ont affirmé que Wilkerson avait utilisé leur mère et ne voulait que sa fortune.

De plus, de nombreux experts ont été stupéfaits du fait qu’Aretha Franklin n’ait laissé aucune disposition sur sa succession. La fortune de Franklin pourrait prendre des années avant d'être traitée. Cependant, l'avocat Don Wilson, a déclaré que la chanteuse souhaitait que le partage de ses biens ne soit pas diffusé publiquement. La loi du Michigan stipule toutefois qu’en l’absence d’un testament, sa fortune reviendra à ses quatre enfants à parts égales.

Source: Techtimes.com

Posté par deces à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

28 août 2018

Trappes: un homme poignarde deux membres de sa famille

A la suite d’un affrontement, un français poignarde à mort sa mère et sa sœur. D’après des sources proches de l’enquête, l’homme figurait sur une liste de surveillance des radicaux présumés. Le jeune homme âgé de 36 ans avait été abattu par la police après la fusillade du jeudi 23 août 2018 dans la ville de Trappes. Il aurait de graves problèmes psychologiques.

Le groupe d’Etat islamique a affirmé que l’attaque avait été menée par l’un de ses «combattants», mais le mobile de l’homme reste obscur et les procureurs ordinaires, plutôt que les spécialistes antiterroristes, enquêtent sur l’affaire. Alertée par les voisins, la police a trouvé l'homme, nommé Kamel S., dans la maison de sa mère en train de crier « Allahu Akbar" ("Dieu est le plus grand"), si vous entrez, vous êtes mort. ». Il a quitté la maison les mains cachées derrière son dos et la police l'a abattu après qu'il ait refusé d'obéir à leurs ordres.

Il avait tué sa mère âgée de 71 ans et sa sœur de 49 ans, tandis qu'une troisième victime, un passant de 66 ans, avait été grièvement blessée. Selon une source de son ancienne compagnie, Kamel avait été licencié de son travail de chauffeur de bus en 2016 pour avoir enfreint les règles de neutralité après avoir arrêté son véhicule et fait des «commentaires incohérents» mentionnant Allah. Il a, par la suite, été placé sur une liste de surveillance pour des extrémistes islamistes présumés, bien qu'une affaire pénale pour soutien présumé au terrorisme ait été abandonnée en 2016. L'enquête révèle également une vie de famille compliquée à Trappes, sa ville natale.

Il avait porté plainte contre ses deux sœurs pour détournement de fonds suite à la volonté de son père, mais l'affaire avait été classée l'an dernier, a déclaré une source proche du dossier à l'AFP. Séparé de la mère de ses trois enfants, il vivait chez sa mère, d’après un voisin. Kamel S. a eu différents soucis avec la loi mais seulement une condamnation pénale, en 2003, pour avoir déserté l'armée. Les enquêteurs examinent ses dossiers téléphoniques et informatiques dans l’espoir de recueillir plus d’informations. Le ministre de l'Intérieur, Gerard Collomb, a déclaré jeudi que Kamel S. était mentalement instable, plutôt que quelqu'un qui était engagé, qui répondrait aux ordres d'une organisation terroriste.

Les experts ont mis en garde contre certaines déclarations récentes de l’Etat Islamique prenant la responsabilité d'attaques à travers le monde, les gouvernements et les experts ayant mis en doute plusieurs de ces déclarations. La France est toujours en alerte après une vague d'attaques islamistes depuis 2015, au cours de laquelle 246 personnes ont perdu la vie. Trappes, une ville pauvre avec une importante population musulmane à environ 30 kilomètres au sud-ouest de Paris, est réputée pour sa pauvreté, ses drogues et ses interprétations radicales de l’islam. Environ 50 habitants sont soupçonnés d'avoir quitté la France pour se battre pour l'Etat Islamique en Syrie et en Irak depuis 2013.

Source: Thelocal.fr

Posté par deces à 19:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 août 2018

France – Italie : Ouverture d’une enquête pour homicide involontaire

Une enquête pour homicide involontaire a été ouverte par La France suite au décès d’au moins quatre ressortissants français dans l'effondrement du pont autoroutier de Morandi à Gênes, en Italie. Jusqu'à présent, 39 personnes ont péri et 15 autres ont été blessées quand un tronçon de pont autoroutier s'écroule le mardi 14 août dernier. Parmi les victimes du désastre figurent quatre ressortissants français d'Occitanie.

D’après les autorités italiennes, le nombre de personnes toujours portées disparues n’a pas été établi, ils ignorent encore combien de personnes ont été touchées par l’effondrement du pont et qui ne figurent ni parmi les morts ni parmi les blessés. Les procureurs à Paris ont annoncé l'ouverture d'une enquête pour les traumatismes involontaires et l'homicide involontaire, qui sera menée par la gendarmerie de la Direction générale de la gendarmerie nationale.

Carole Delga, présidente de la région Occitanie, a indiqué être en contact en contact avec les autorités italiennes afin de pouvoir déterminer s'il pourrait y avoir encore d'autres ressortissants français parmi les victimes. La sécurité des ponts en France après l’effondrement a également été remise en question. Un récent rapport du ministre des Transports, réalisé avant la catastrophe survenue en Italie, indiquait que près d’un tiers sur les 12 000 ponts en France pourrait bénéficier de travaux de réparation. Environ 7% des ponts en France ont subi de graves dégâts pouvant entraîner un effondrement à long terme, toujours selon le rapport.

La loi française requiert un contrôle de sécurité annuel et une inspection complète tous les trois ans des ponts depuis 1978, date à laquelle un pont s’est effondré à Tours. Les réductions budgétaires entre 2010 et 2015 ont été attribuées à un arriéré d'inspections. Par ailleurs, la route A15 a fait l’objet d’une fermeture des voies lors de l’effondrement partiel du pont de Gennevilliers dans les Hauts-de-Seine en mai 2018, bien qu’il n’y ait eu ni blessé ni tué.

« Aucun risque qu’un pont s'écroule aujourd'hui en France », a déclaré récemment le ministre des Transports. Aujourd'hui, 100 millions d'euros de fonds supplémentaires auraient été investis dans le réseau de ponts en France.

Source: Connexionfrance.com

Posté par deces à 16:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


14 août 2018

Indonésie : le nombre de morts du séisme s’élève à 387

Le séisme en Indonésie continue à faire des ravages dans le pays. Un tremblement de terre sur l'île indonésienne de Lombok a fait 387 morts, ont indiqué samedi les autorités, ajoutant que des centaines de milliers de personnes qui ont été déplacées manquaient encore d'eau potable, de nourriture et de médicaments depuis près d'une semaine.

Le tremblement de terre d’une magnitude de 6,9 ​​degrés a frappé des dizaines de milliers de maisons, de mosquées et d’entreprises à travers Lombok, dimanche dernier, une semaine à peine après le séisme survenu sur l’île indonésienne causant la mort de 17 personnes. « Il est prévu que le nombre de morts continuera à augmenter car il y a encore des victimes soupçonnées d'être enterrées sous les décombres suite aux glissements de terrain et celles qui n'ont pas été enregistrées ni signalées », a déclaré Sutopo Purwo Nugroho.

Le nombre de personnes expulsées de leur domicile lors de la catastrophe s’est élevé à 387 000, a indiqué Nugroho, avec environ 13 000 blessés. La région la plus touchée de Lombok se trouve dans le nord du pays, où 334 personnes ont péri et près de 200 000 ont été expulsées de chez elles, selon les dernières statistiques officielles. Deux personnes ont également été tuées par le séisme sur l'île touristique voisine de Bali. M. Nugroho a déclaré que le délai d'intervention d'urgence avait été prolongé de 14 jours, ce qui permettrait aux autorités de faire face aux « nombreux problèmes » qui existaient encore sur le terrain.

La plupart des personnes déplacées dorment sous des tentes ou des bâches près de leurs maisons en ruine ou dans des abris d'évacuation, tandis que des installations médicales de fortune ont été mises en place pour soigner les blessés. Six jours après le séisme, des personnes évacuées n’ont toujours pas reçu d’aide, en particulier dans le nord montagneux de l’île. « Le principal problème est la distribution de fournitures à des milliers de points de réfugiés », a déclaré M. Nugroho, ajoutant que la plupart des routes du nord de Lombok ont ​​été endommagées par le séisme. Les survivants du séisme ont été secoués par des centaines de répliques sismiques, dont un tremblement de terre de magnitude 5,9, provoquant des fugues et des cris.

Source: France24.com

Posté par deces à 17:04 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 août 2018

Canada : Décès accidentel de trois stars de YouTube dans une cascade

Trois vlogueurs canadiens de YouTube trouvent la mort en tombant dans une cascade située dans l’Ouest canadien. La chute a été fatale aux trois amis d’enfance qui se sont rendus au sommet d’une cascade à la chute Shannon pour une baignade. Ryker Gamble, Alexey Lyakh et Megan Scraper ont créé la chaîne de voyage extrême YouTube « High on Life », qui compte plus de 500 000 abonnés.

D’après le résultat des enquêtes de la police locale, le trio aurait glissé accidentellement pour terminer leur chute à 30 mètres plus bas, dans un autre bassin, a publié le Vancouver Sun. Des témoins oculaires ont indiqué qu’une première chute a entraîné les deux autres du sommet de la chute Shannon. Scraper aurait glissé et aurait atterri dans l’un des bassins inférieurs. Lyakh et Gamble ont tenté de la sauver mais ont été entraînés dans la chute mortelle. Très influents sur Instagram également, le trio est très prisé et le compte d’Alexey Lyakh est même suivi par près d’un million d’abonnés.

De nombreux fans et followers ont salué la mémoire de Gamble, Lyakh et Scraper. Une vidéo a même été créée et publiée par certains d’entre eux en hommage aux « trois des personnes les plus chaleureuses, les plus gentilles et les plus motivées que vous puissiez rencontrer ». Il était toutefois difficile de savoir si le trio s’y trouvait pour de nouvelles vidéos. High on Life a enregistré diverses vidéos et d’activités risquées dans des endroits exotiques et difficiles à atteindre, tels que les cascades et les falaises du passé.

L'année dernière, Gamble, Lyakh et Justis Price Brown, un autre membre du collectif, ont été bannis des terres fédérales américaines pendant cinq ans après avoir plaidé coupable d'avoir marché sur une source thermale sensible dans le parc national de Yellowstone et d'autres faits dans les parcs de l'ouest des États-Unis. Gamble et Lyakh ont passé sept jours en prison.

Source: Theguardian.com

Posté par deces à 22:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

31 juillet 2018

Australie : Décès inévitable d’un demandeur d'asile iranien reconnu par la justice

C’est dans camp isolé du Pacifique, géré par l’Australie, qu’un demandeur d'asile est décédé de manière inévitable. Un coroner estime que les services de santé des détenus doivent être améliorés. En vertu de la politique d'immigration rigoureuse de Canberra, les demandeurs d'asile qui tentent d'atteindre l'Australie par bateau sont envoyés dans des centres de détention en Papouasie-Nouvelle-Guinée et à Nauru. Même avec le statut de réfugié, ils sont bloqués d'entrer en Australie.

Le gouvernement a passé un contrat avec un fournisseur de soins médicaux pour fournir des services de santé dans les camps, qualifiés par les médecins comme étant inadéquats. Le détenu iranien, Hamid Khazaei, est décédé à l'âge de 24 ans en septembre 2014, deux semaines après avoir été transféré de Manus Island à la capitale Port Moresby puis à l'hôpital de Brisbane à la suite d’une infection à la jambe. Le coroner de l'état du Queensland, Terry Ryan, a déclaré que sa mort était due à des « effets cumulatifs d'erreurs successives », y compris les retards dans le traitement ou le déplacement. « La mort de M. Khazaei était évitable », a conclu Ryan.

Si la détérioration clinique de M. Khazaei a été reconnue et répondue en temps opportun à la clinique de Manus, et qu'il ait été évacué en Australie dans les 24 heures suivant le sepsis grave, il aurait survécu. Ryan a déclaré que des décès similaires pourraient être évités si les demandeurs d'asile étaient transférés dans des régions moins éloignées où il y aurait de meilleurs services de santé, comme en Australie ou en Nouvelle-Zélande. Cependant, il reconnaît que ce fut «hautement improbable» compte tenu des politiques de Canberra, et a appelé le gouvernement à normaliser les soins de santé. Il a recommandé des audits réguliers des cliniques, la mise en place d'unités critiques à proximité des camps et la mise à niveau des installations de soins intensifs de l'hôpital de Port Moresby aux normes australiennes.

Le département des Affaires intérieures de l'Australie a déclaré être en train d'examiner et suivre de près les résultats. Human Rights Watch a indiqué que les soins médicaux à Manus s’étaient empirés depuis l'annonce du décès de Khazaei si le groupe de défense des médecins pour les réfugiés a qualifié les résultats de «mise en accusation des dispositions sanitaires dangereuses et de qualité inférieure» des détenus. Le camp de Manus a été fermé à la fin de l'année dernière après qu'un tribunal de PNG ait statué qu'il était inconstitutionnel. Environ 600 détenus ont été transférés dans des centres de transition. Plus de 240 hommes, femmes et enfants sont restés à Nauru, selon de récents chiffres sur la détention en matière d'immigration en Australie. Canberra a cherché à transférer des réfugiés dans des pays tiers tels que les États-Unis, et plus de 100 personnes y ont été réinstallées.

Source: France24.com

Posté par deces à 18:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 juillet 2018

L'activiste pionnier « aux seins nus » de Femen retrouvée mort à Paris

images os

Le corps de la «sextrémiste» ukrainienne Oksana Shachko a été retrouvé dans son appartement parisien. On parlerait d’un suicide. Peu de femmes oseraient dévoiler leurs seins nus, quelle qu’en soit la raison, ce qui est le cas de l'activiste ukrainienne âgée de 31 ans, Oksana Shachko. Une des trois fondatrices originelles du groupe militant Femen, Shachko a dévoilé sa poitrine aux papes et aux princes, à Vladimir Poutine et à Angela Merkel pour protester contre les politiques et les idéologies.

Selon les membres de sa famille et ses amis, il s’agirait d’un suicide, a annoncé le quotidien Le Parisien. Les résultats de l’enquête menée par les autorités policières n’ont pas été révélés. La cause du décès n’a pas non plus été précisée. Des proches de Shachko ont déclaré qu’elle traversait des moments difficiles et douloureux. Elle souffrait de problèmes personnels, de pressions de son pays d'origine et de la réalité dans laquelle elle se trouvait en France.
Selon les médias, Shachko a laissé derrière elle une note qui disait en anglais: "Vous êtes des faux", un sentiment qu'elle a également partagé dans un post sur Instagram samedi. Shachko a fondé Femen avec Anna Hutsol et Sacha Shevchenko en avril 2008, alors âgées de 17 ans. Plutôt que de rejoindre ceux dans les rues avec des cocktails Molotov et des bouteilles en verre, elles ont utilisé leur sexualité dans ce qui a depuis été défini comme des manifestations de «sextrémisme» visant à «une victoire complète sur le patriarcat». Montrer leurs seins nus à une foule lors d'une action politique sur le Jour de l'indépendance de l'Ukraine, le 24 août 2009.

Les femmes ont inspiré un mouvement mondial de femmes à poitrine nue pour écrire des slogans sur leurs poitrines… Pendant différentes manifestations, Shachko a été arrêtée des centaines de fois, a passé près d'un an en prison et aurait été abusée par la police à plusieurs reprises. Malgré les enquêtes et arrestations, elles ont continué à faire des manifestations lors d'événements majeurs au Vatican et dans le monde entier. Des amis en Russie pleuraient la disparition d’Oksana Shachko.

Source: thedailybeast.com

Posté par deces à 23:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 mars 2017

Aéroport d’Orly, Paris : un assaillant abattu par un militaire

Un homme a été abattu par un militaire de l’opération « Sentinelle » après avoir tenté de saisir l'arme d'un soldat à l'aéroport d'Orly, dans le Val-de-Marne. Le parquet antiterroriste a été saisi de l’affaire dû à une course-poursuite avec les forces de l’ordre qui a commencé dans le Val-d’Oise très tôt le matin.

L’assaillant, Ziyed Ben Belgacem âgé de 39 ans, a été tué par balles après avoir tenté de prendre de force un fusil d'assaut d'un militaire. D’après les autorités, le trentenaire avait l’intention de tirer sur les gens présents à l'aéroport au moment des faits. Il aurait braqué un pistolet à la tête du militaire lors de l'attaque en l’utilisant comme un bouclier. Deux autres patrouilleurs ont ouvert le feu pour le protéger. Les informations reçues ont permis de savoir que Ben Belgacem a été arrêté à l’aube par la police pour avoir conduit trop vite.

Le bureau d'information de la police nationale indique que lorsque l’assaillant a sorti ses papiers d’identité pour pouvoir les montrer, mais a soudainement sorti un pistolet et a tiré sur les trois officiers, en blessant l'un d'entre eux. L'homme qui serait sous l’emprise d’alcool, de cocaïne et de cannabis a fui sa voiture et en a volé une autre. Cette dernière a ensuite été retrouvée à l'aéroport d'Orly. Selon le procureur a dit qu'un coran a été retrouvé sur le corps de l'attaquant. Des témoins disent que le suspect a hurlé en disant qu'il voulait mourir au nom d'Allah et que « quoi qu'il arrive, il y aura des morts ». Il a également transporté un bidon d'essence qu'il a ensuite éparpillé sur le sol.

C’est en passant devant le radar que les autorités ont commencé à soupçonner l'extrémisme islamique. Il a été accusé de suspicion de radicalisme lors d'un épisode précédent en prison, mais n'a pas été inscrit sur la base de données du gouvernement concernant les suspects terroristes. La maison du suspect a été fouillée en novembre 2015 au lendemain des attentats-suicides qui ont fait 130 morts à Paris. Ces recherches ciblaient des personnes soupçonnées d'appartenance à des groupes radicaux. Belgacem était connu par le service de police pour des infractions de vol et de drogue et avait neuf infractions à son actif sur son casier judiciaire.

François Hollande a déclaré que l’enquête permettra de déterminer si l'attaquant de l'aéroport d'Orly avait un complot terroriste derrière lui. Cette attaque montre que la politique de la France d'avoir des patrouilles militaires gardant des sites publics «est essentielle», et que la nation «doit rester extrêmement vigilante», a-t-il ajouté.

Source: www.kwch.com

Posté par deces à 23:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,