De fortes similitudes ont été trouvées entre les expériences de mort imminente et la drogue psychédélique, selon une nouvelle étude scientifique. Lorsque la DMT-N, N-diméthyltryptamine est pompée dans le sang, Iona sente un refroidissement du liquide à travers son bras. Assise sur une chaise, les yeux masqués, elle participe à une étude scientifique sur les effets de l'hallucinogène DMT illégal dans une salle de traitement du centre de recherche clinique de l'Imperial College situé à Londres. Les lumières sont tamisées et une bande sonore ambiante spécialement commandée pour l’étude est diffusée en arrière-plan. Chris Timmermann, un psychologue et neuroscientifique qui étudie les drogues psychédéliques se tient à proximité.

À l’intérieur du cerveau d’Iona, les enzymes agissent comme des agents de nettoyage pour décomposer la drogue envahissant son système. Les hallucinations commencent à faire effet et un sentiment d'effroi l'enveloppe. « Mes yeux étaient fermés mais il y avait tellement de choses qui s’y passait que c'était vraiment difficile pour moi de me concentrer », a déclaré Iona après l’expérience. « J’ai ressenti comme un tremblement en moi que je ne pouvais contrôler. La seule fois que j’ai ressentie telle chose est au moment où j’ai accouché. Et je ne me souviens plus des sensations sur mon corps après ça»

Iona se trouvait dans un vide spatio-temporel tourbillonnant, un voyage intense qui s'est entièrement déroulé dans son esprit, engendré par une drogue illégale relative à des psychédéliques récréatifs. Le DMT est principalement connu comme composé hallucinogène dans l'ayahuasca, un liquide amer et brun combiné par deux plantes - la vigne d'ayahuasca et un arbuste appelé chacruna, utilisé rituellement comme médicalement qui n’est pas sans risques par les tribus amazoniennes pendant des siècles. Les jeunes occidentaux sont particulièrement attirés par ce mystérieux du rituel qu’est l'ayahuasca. Ce dernier peut par contre déclencher des problèmes chez ceux qui sont prédisposés à des problèmes de santé mentale et peut être fatal pour certains.

Les effets du DMT sur le cerveau sont enregistrés par le groupe de recherche psychédélique de l'Imperial College de manière nouvelle, grâce aux progrès des technologies de cartographie cérébrale telles que l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Iona a du mal à décrire exactement ce qu'elle a vécu. Mais vers la fin du test, elle se souvient d'un immense sentiment de gratitude qu'elle avait survécu et d'un étrange sentiment de réconfort. Dans l’étude, l’équipe de chercheurs a utilisé une infime fraction de la dose toxique. Ce sentiment de ne pas avoir d'identité personnelle et d’avoir une sensation de mourir, connu sous le nom de « mort de l'ego », a été signalé par de nombreuses personnes qui ont vécu des expériences psychédéliques intenses. Un phénomène dit expérience de mort imminente.

Source: Bbc.co.uk